• Mise en service d’un nouveau bâtiment à l’usine de Honsha, au Japon, pour la production de la pile à combustible
  • Création d’une nouvelle chaîne de montage spécialisée à l’usine japonaise de Shimoyama pour la production en série de réservoirs d’hydrogène haute pression
  • Élargissement des zones de vente géographiques pour les véhicules électriques à pile à combustible au Japon et à l’étranger

 

TOYOTA CITY (Japon), le 24 mai 2018 – Toyota prévoit une augmentation sensible des ventes mondiales de véhicules électriques à pile à combustible (FCEV), de 3 000 unités par an aujourd’hui, à au moins 30 000 à partir de 2020. Pour se préparer à une telle croissance, la société a dévoilé aujourd’hui deux nouvelles installations : 

un tout nouveau bâtiment situé à Toyota Honsha, près de l’usine automobile d’origine, au Japon, pour augmenter la production en série de sa pile à combustible; et
une nouvelle chaîne de montage dans un bâtiment existant de l’usine Shimoyama de Toyota au Japon, pour la fabrication des réservoirs d’hydrogène haute pression.

La pile à combustible produit l’électricité à bord du véhicule à partir d’une réaction chimique entre l’oxygène et l’hydrogène, qui propulse les FCEV et ne produit aucune émission. Les réservoirs servent à stocker l’hydrogène utilisé comme carburant. La fabrication à grande échelle de ces deux composants est indispensable pour faire baisser les prix et accroître la disponibilité du système, dans le but de favoriser la croissance et les ventes de FCEV.

Agrandissement des installations de production

Pour accélérer la cadence de production de la pile à combustible, Toyota va inaugurer une toute nouvelle installation haute technologie de huit étages. Ce bâtiment est situé sur le même terrain que les bâtiments existants de son usine de Honsha, à Toyota City, près du site d’origine où se trouvait la toute première usine automobile de la compagnie, en 1938.

Quant à la production des réservoirs d’hydrogène haute pression, elle sera effectuée sur une chaîne de montage dédiée qui doit être ajoutée à l’usine de Shimoyama (no 3), à Miyoshi City (préfecture d’Aichi). Les réservoirs d’hydrogène étaient précédemment montés à l’usine de Honsha, sur une plus petite échelle. Les réservoirs d’hydrogène de Toyota sont fabriqués en fibre de carbone renforcée et sont conçus pour résister à des chocs violents.

20180524_01_01_s
Concept artistique des nouvelles installations de production de la pile à combustible à l’usine de Honsha.

 

Description des installations

 

Production de la pile à combustible

Chaîne de montage du réservoir d’hydrogène haute pression

Site

Nouvelle installation sur le terrain de l’usine de Honsha

À l’intérieur du bâtiment no 3, usine de Shimoyama

Articles produits

Pile à combustible

Réservoir d’hydrogène haute pression

Superficie

Environ 70 000 m2 (sur huit étages)

Environ 15 000 m2

Les nouvelles installations devraient contribuer à réduire considérablement les émissions de CO2 pendant la production. C’est l’un des objectifs du défi « Zéro émission de CO2 dans les usines » qui fait partie du Défi environnemental 2050 de Toyota annoncé en octobre 2015.

La construction de la nouvelle chaîne de montage des réservoirs d’hydrogène à l’usine de Shimoyama débute maintenant. L’extérieur des nouvelles installations de production de la pile à combustible est déjà achevé, et les travaux seront maintenant effectués sur la partie intérieure. Des précisions seront fournies ultérieurement. Les deux installations devraient être opérationnelles vers 2020.

Élargissement des ventes de FCEV dans d’autres pays et régions du monde

La technologie de la pile à combustible est désormais au point et prête pour la production à grande échelle. Toyota a montré l’exemple en lançant sur le marché la première berline à pile à combustible produite en série, la Mirai, en décembre 2014. La production et les ventes annuelles ont progressé à un rythme régulier, de 700 unités en 2015, à environ 2 000 en 2016 et 3 000 en 2017. Toutefois, si nous voulons que les véhicules à hydrogène zéro émission séduisent un plus large public, la prochaine décennie s’annonce décisive. Toyota vise des ventes annuelles de 30 000 unités de FCEV à cet horizon.\

À l’heure actuelle, la Mirai est vendue dans 11 pays : le Japon, les États-Unis et neuf pays d’Europe. Son arrivée imminente au Canada a été annoncée en janvier 2018. Toyota continue de contribuer à la mise en place d’un marché qui permettra de vendre les FCEV dans un plus grand nombre de régions et de pays du monde. Dans le cadre de ces efforts, des essais de démonstration de la Mirai sont en cours en Australie, au Canada, en Chine et aux É.A.U. Toyota étudie en outre la demande pour les FCEV tout en continuant d’appuyer les initiatives visant à promouvoir le développement de l’infrastructure de ravitaillement en hydrogène.

Sur le marché japonais, Toyota compte vendre au moins 1 000 unités de FCEV par mois, et plus de 10 000 unités par an, à partir de 2020. Les régions de vente du Japon, cantonnées actuellement à quatre grandes agglomérations, seront élargies pour permettre à un plus grand nombre de consommateurs de profiter de la Mirai.

Côté commercial, Toyota a commencé à vendre ses bus à pile à combustible au gouvernement métropolitain de Tokyo en février 2017, et a introduit la version définitive, le Sora, en 2018 avec trois unités additionnelles. Toyota espère vendre au moins 100 unités de son autobus en vue des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020.

Toyota continuera d’agrandir sa gamme de véhicules FCEV et de renforcer l’attrait de ces produits dans le but de faire baisser leurs prix. Toyota poursuivra également sa collaboration avec le groupe Toyota et d’autres entreprises pour développer une infrastructure de distribution d’hydrogène et mettre en place une chaîne d’approvisionnement en hydrogène à faible teneur en carbone. Par le biais de ces initiatives, la société contribue activement à l’avènement d’une société fondée sur l’hydrogène.

###