BANGKOK (Thaïlande), le 23 novembre 2015. – Aujourd’hui, la Toyota Mobility Foundation (TMF) s’est jointe à l’université Chulalongkorn (Chula) pour célébrer un projet permanent visant à combattre la congestion routière à Bangkok. Le projet, qui cible le district de Sathorn, l’une des voies de communication les plus achalandées et les plues connues de Bangkok, prévoit la mise en place de parcs de stationnement incitatifs, de bus navettes et de dispositifs évolués de contrôle de la circulation pour accélérer et faciliter les déplacements.

 

Il s’agit du premier projet entrepris par la Toyota Mobility Foundation, qui a été créée par Toyota en 2014 pour combiner son savoir-faire et ses ressources dans le secteur de la mobilité avec l’expérience de ses partenaires pour améliorer la liberté de mobilité pour tous et en tout lieu. La TMF et la Chula ont lancé le projet en avril 2015.

 

Lors de l’événement, qui a eu lieu à l’Université Chula, on a pu entendre des allocutions prononcées par

  • Shigeru Hayakawa, président du secrétariat et directeur gestionnaire principal de la Toyota Mobility Foundation, Toyota Motor Corporation;
  • Kyoichi Tanada, président de Toyota Motor Thailand;
  • le professeur Pirom Kamolratanakul, président de la Chula;
  • et Son Excellence M. Shiro Sadoshima, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon en Thaïlande.

 

L’événement regroupait en outre des experts qui ont discuté de ce que le gouvernement et le secteur privé de Bangkok pourraient faire pour remédier aux problèmes de circulation et pour augmenter le nombre d’utilisateurs des nouveaux bus navettes et du réseau de parcs de stationnement incitatifs. Par ailleurs, les dirigeants du gouvernement, les entreprises et les écoles locales ont manifesté leur grand intérêt pour les plans d’action recommandés par les récents groupes réunissant des gens d’affaires pour discuter de ce que les organisations privées pourraient faire pour alléger la congestion dans la capitale thaïlandaise.

 

« La Toyota Mobility Foundation cherche à créer une société plus mobile qui permette aux gens de se déplacer, de croître et d’explorer », a affirmé M. Hayakawa. « Nous savons que les déplacements des Bangkokois sont souvent très limités par la congestion. Grâce à l’expertise et à l’ingéniosité de nos partenaires, nous croyons qu’ensemble, nous pourrons créer des solutions qui aideront plus d’automobilistes à se rendre à destination sans problème. »

 

Le district de Sathorn présente une forte concentration d’établissements scolaires, de tours de bureaux, d’hôtels et de centres commerciaux. C’est aussi une plaque tournante pour les transports en commun. La rapide croissance de l’économie et de la population de cette région contribue à une forte congestion, surtout pendant le navettage quotidien du matin et de fin de journée. Le projet, dont l’exécution devrait prendre un an et demi (d’avril 2015 à décembre 2016) et qui devrait coûter 110 millions de bahts thaïlandais (environ 400 millions de yens japonais), s’attaque à ce problème au moyen d’un plan assurant un meilleur contrôle de la circulation. Pour ce faire, six solutions sont proposées :

  • offrir un service durable de bus navettes;
  • mettre au point un réseau durable de parcs de stationnement incitatifs;
  • concevoir des systèmes d’information pour quantifier les avantages de la multimodalité (l’utilisation régulière de multiples modes de transport) afin d’encourager les usagers à modifier leurs comportements;
  • détecter les bouchons et évaluer les mesures à prendre en utilisant un modèle de simulation de la circulation;
  • optimiser la synchronisation des feux de circulation en collaboration avec la police locale, qui gère maintenant ce système manuellement;
  • et introduire des horaires de travail variables.

 

Ce projet est une expansion du projet de mobilité durable 2.0 de Bangkok (modèle Sathorn) mis en œuvre par le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD) avec l’appui de l’administration métropolitaine de Bangkok, du ministère des Transports et du bureau de police métropolitaine de la police royale thaïlandaise.

 

Grâce à cette expansion, le projet vise le déploiement futur du modèle de Sathorn, qui servira de feuille de route pour le contrôle de la circulation à Bangkok, initiative qui englobera les secteurs public et privé, les citoyens et le gouvernement thaïlandais.

 

Les participants au projet ont bon espoir que la collectivité commencera rapidement à utiliser le nouveau système, ce qui sera avantageux pour l’ensemble de la ville.

 

Survol du projet visant à alléger la congestion routière à Bangkok

Durée du projet

1 an et 9 mois (d’avril 2015 à décembre 2016)

Titulaire de subvention

Université Chulalongkorn

Budget du projet

110 millions de bahts thaïlandais (environ 400 millions de yens japonais)

Objectifs

  • Atténuer le grave problème de congestion routière de Bangkok et assurer le déplacement efficace des personnes en assurant la gestion de la circulation et de la demande ainsi qu’en offrant divers modes de transport.
  • En se servant de la forte concentration de la circulation du district de Sathorn comme modèle, préparer une feuille de route pour le contrôle de la circulation de Bangkok dans son ensemble, qui englobe les secteurs public et privé ainsi que les citoyens.
  • Viser le déploiement futur du modèle de Sathorn au moyen de propositions soumises au gouvernement thaïlandais.

Actions

  • Mettre au point un réseau durable de bus navettes comme mesure de contrôle de la demande au niveau de la circulation.
  • Mettre au point un réseau durable de parcs de stationnement incitatifs comme mesure de contrôle de la demande au niveau de la circulation.
  • Concevoir des systèmes d’information pour quantifier les avantages de multiples modes de transport afin d’encourager les usagers à modifier leurs comportements.
  • Détecter les bouchons et évaluer les mesures à prendre en utilisant un modèle de simulation de la circulation.
  • Soutenir l’amélioration de la synchronisation des feux de circulation en collaboration avec la police locale, qui gère maintenant ce système manuellement.
  • Introduire des horaires de travail variables.

 

###