Depuis la fin des années 1960, les constructeurs automobiles se servent de mannequins pour simuler des personnes de divers types physiques et poids dans leurs essais de collisions. Bien qu'ils aient été utiles pour évaluer les impacts que subissent les occupants d'un véhicule pendant un accident de la route, il a toujours été difficile de comprendre les dommages infligés aux organes internes.

Dans sa quête d'une meilleure compréhension des impacts afin de pouvoir améliorer les systèmes de sécurité et la structure de ses véhicules, Toyota a décidé d'étudier la structure des mannequins de simulation d'impact. Le résultat? Un système de modélisation informatique d'humains appelé THUMS (Total Human Model for Safety). Constitué d'une structure virtuelle de l'ossature, des ligaments et des tendons, THUMS permet aux chercheurs de Toyota d'analyser les blessures que subissent le conducteur et les passagers pendant une simulation de collision. La plus récente version de THUMS reproduit l'impact que subissent les organes internes (par exemple, les poumons, le cœur et le foie) d'un homme de moyenne ou grande taille ainsi que d'une femme de petite taille. Les développements à venir permettront d'étudier d'autres types physiques, notamment les aînés et les enfants, pour que les résultats soient encore plus complets.

Grâce à l'utilisation de THUMS, Toyota a pu mettre au point des coussins gonflables plus efficaces pendant une collision latérale oblique de même que des sièges qui réduisent l'incidence de blessures par coup de fouet cervical. En outre, dans un esprit de collaboration, Toyota partage ses données avec des chercheurs du monde entier, dont ceux de plus de 30 organismes associés à l'industrie automobile, afin d'améliorer la sécurité routière pour tous.