Tout a commenc par quelques notes griffonnes sur un papier.

Un jardin l’cole publique Howard Park de Toronto ayant la forme d’une empreinte de pied pour symboliser l’impact de nos activits quotidiennes. 

Ajoutez l’ide la participation de parents, d’enseignants et d’lves engags ainsi que de prcieuses subventions d’organismes tels La classe verte Toyota Evergreen, et voil! Une simple bauche dessine sur une serviette de papier devient un jardin d’apprentissage permanent et une salle de classe extrieure.
 
Cam Collyer, directeur du programme national d’Evergreen, ainsi que Sandy Di Felice, directrice gestionnaire chez Toyota Canada, et Paul Shaw, concessionnaire dirigeant de l’tablissement concessionnaire local Ken Shaw Toyota, ont rcemment clbr la ralisation de l’cole Howard Park en visitant les lieux et en aidant planter des plantes potagres et autochtones sur le nouveau terrain de l’cole. 
 
Nous avons rcemment rejoint Cam pour recueillir ses commentaires au sujet des vnements qui ont eu lieu cet aprs-midi-l.
 
EG : De quel ingrdient secret a-t-on besoin pour verdir un terrain d’cole?
 
CC. C’est plus qu’un lment, et c’est invitablement le produit de nombreuses mains intresses. Ce terrain dsert recouvert d’asphalte a t transform de faon crative par des enseignants, des lves et des parents, ainsi que par des partenaires comme Toyota Canada et ses concessionnaires par l’entremise du programme La classe verte Toyota Evergreen, l’organisme Backyard Urban Farm Company et de nombreux autres. Ce soutien – combin avec de la sueur, de la dtermination, de la patience, de l’enthousiasme et de l’expertise – a permis de mener le projet bonne fin.
 
EG : En quoi consiste exactement une classe extrieure? 
 
CC : Je crois que nous transformons non seulement un terrain d’cole, mais aussi la faon dont les choses sont enseignes et apprises. Prenez une fleur par exemple. On peut s’en servir comme d’un instrument d’apprentissage dans le cadre d’une leon de science, d’art, ou mme d’histoire. Pas moins de 80 pour cent des Canadiens habitent dans des centres urbains, ce qui fait qu’il n’aura jamais t aussi important d’avoir un lien avec la nature. Maintenant, l’cole dispose d’exemples sur place pour montrer comment faire pousser des lgumes, conserver l’eau, pratiquer le compostage, ce genre de choses-l, et les enfants s’en donnent cœur joie. Ils trouvent amusant d’apprendre qu’en fait c’est le ver de terre qui a le dernier mot dans tout.
 
EG : Et que dire des entreprises dans la salle de classe? Les distributrices automatiques ne portent plus de marque de nos jours.

CC : Il s’agit l d’un sujet complexe. Il faut tenir compte de l’origine du soutien et de la faon dont ce soutien est fourni. Les entreprises font partie du tissu des collectivits, et bon nombre d’entre elles sont plus que disposes aider. Les employs des entreprises veulent participer et aider aussi. Ils ont des enfants qui vont dans ces coles. Si donc les objectifs sont communs, si le projet est anim par la collectivit et si la reconnaissance est approprie suivant le contexte, alors je pense qu’il y a de la place pour le soutien des entreprises en faveur des initiatives d’une cole. Sans elles, les choses seraient plus difficiles pour nous. Par exemple, grce au programme La classe verte Toyota, qui est fire d’avoir bnfici du soutien de Toyota Canada et de ses concessionnaires au cours des 10 annes qu’a dj dur notre partenariat, plus de 814 000 lves de 1600 coles travers le Canada ont reu un appui pour verdir leur terrain d’cole. En 2009, avec Toyota, nous avons donn 220 000 $ 140 coles. L’impact est loin d’tre ngligeable.
 
EG : Que dire de l’avenir?
CC : Du point de vue apprentissage, le but est que les enfants apprcient et comprennent la nature. Pour Evergreen, la demande ne cesse de crotre dans tous les coins du pays. Et de nombreux conseils scolaires commencent se structurer dans le but de mieux soutenir la valeur ludique et didactique de leurs terrains d’cole. Nous btissons notre programme pour appuyer la fois les efforts des coles individuelles et l’approche institutionnelle des conseils scolaires. En ce temps-ci de l’anne, l’avantage de profiter d’un jardin et d’un espace vert est de taille.
 
-30-