TORONTO (Ontario), le 30 juillet 2018 – Aujourd’hui, Toyota a fait un grand bond vers l’avenir du camionnage zéro émission. L’entreprise a dévoilé la deuxième version de son camion électrique à pile à hydrogène de classe 8 devant une foule de médias et de chefs de file de l’industrie dans le cadre des Management Briefing Seminars du Center for Automotive Research (CAR).

La deuxième version du camion lourd à hydrogène
La deuxième version du camion lourd à hydrogène

 

Ce nouveau camion, connu à l’interne sous le nom de « Beta », élargit les capacités du premier véhicule d’essai Project Portal en augmentant son autonomie à près de 500 kilomètres par plein de carburant. Il bénéficie également d’une polyvalence et d’une maniabilité accrues grâce à l’ajout d’une cabine couchette et d’une combinaison unique d’armoires à carburant qui augmente l’espace de la cabine sans accroître l’empattement.

Depuis sa mise en service, en avril 2017, le camion Project Portal « Alpha » a effectué plus de 16 000 kilomètres d’essais et d’opérations de factage en conditions réelles dans et autour des ports de Long Beach et Los Angeles tout en n’émettant que de la vapeur d’eau. Le véhicule Beta commencera les opérations de factage à l’automne, augmentant ainsi la capacité de camionnage zéro émission des ports et réduisant l’impact environnemental des opérations de factage.

Enseignements : autonomie accrue, processus amélioré

Project Portal 2.0 met à profit les enseignements tirés du lancement du véhicule Alpha en 2017. Le premier camion lourd était le fruit des efforts d’un groupe de travail informel au sein de Toyota, et il est passé du concept initial au produit fini en seulement un an. Les ingénieurs et les techniciens ont travaillé de longues heures pour reconfigurer les faisceaux de câblage, l’électronique et les autres composants de deux exemplaires de la Mirai (la voiture électrique à pile à combustible de Toyota) pour créer l’un des premiers camions lourds « zéro émission » fabriqués par un constructeur d’origine.

Les résultats de leurs efforts sont toujours aussi impressionnants. Avec une capacité de charge combinée brute de 80 000 livres et une autonomie supérieure à 300 kilomètres par plein, le camion Alpha produit plus de 670 chevaux et un couple de 1 325 livres-pied à partir de deux assemblages de piles à combustible de Mirai et d’une batterie de 12 kWh. Le Project Portal Beta affiche un couple et une puissance identiques, tout en augmentant l’autonomie du véhicule et en améliorant les autres mesures clés de performance.

« Lorsque nous avons évalué le premier camion dans nos installations d’essai et sur les routes, nous avons dressé une liste d’améliorations pour le processus de fabrication et les performances du Beta », a commenté Andrew Lund, ingénieur en chef du projet. « Nous voulions dépasser la démonstration du concept » a-t-il poursuivi, « ce que le premier camion a parfaitement accompli. Nous voulions aussi concevoir un véhicule qui soit non seulement supérieur à l’original, mais aussi commercialement viable. »

Un pas vers l’avenir, réflexions sur le passé

L’histoire de la création et de l’évolution de Project Portal s’inscrit dans la longue tradition d’innovation de Toyota, qui remonte à l’arrivée de l’entreprise dans l’espace automobile. Tout comme le camion Project Portal original, la première berline Toyota (connue à l’époque sous le nom Toyoda), la « A1 », a été produite par l’expérimentation, l’essai et l’erreur… et beaucoup d’efforts. Lorsqu’elle a été achevée, en 1935, la A1 a été essayée par le fondateur de la compagnie, Kiichiro Toyoda, puis peaufinée pour devenir le premier modèle automobile produit en série par Toyota, la Toyoda AA. De la même manière, les ingénieurs ont tiré les enseignements du premier camion pour créer le Project Portal 2.0, qui est plus raffiné, fonctionnel et compétent. Le lancement de la AA avait été le point de départ de l’évolution de Toyota en géant de l’automobile. De façon similaire, Toyota entend mettre à profit le Project Portal pour renforcer son leadership environnemental. Pour l’avenir, Toyota reste engagée à soutenir la mise en place d’une infrastructure destinée au grand public permettant de réaliser le potentiel des véhicules à pile à combustible.

Une goutte d’eau dans l’océan

Plus de 16 000 camions polluants circulent chaque jour dans les installations portuaires de Long Beach et Los Angeles, un nombre qui devrait doubler d’ici 2030. Ces camions de factage, et d’autres véhicules similaires dans le monde entier, envoient d’énormes quantités de carcinogènes, de particules de diesel et d’autres polluants dans l’atmosphère des collectivités portuaires et des quartiers voisins.

« Lorsque nous avons commencé le projet du premier camion, notre objectif était de tester la faisabilité d’un tel projet, ce que nous avons accompli », a déclaré Craig Scott, gestionnaire principal du North American Electrified Vehicle & Technologies Office de Toyota. « Cette fois, nous visons la viabilité commerciale. Nous voulons faire une différence… une vraie différence pour la qualité de l’air partout dans le monde. »

Pas seulement des camions

Cette annonce s’inscrit dans le sens du Défi environnemental 2050 de Toyota, qui vise à éliminer les émissions de CO2 des activités de Toyota Logistics Services (TLS) au port de Long Beach. Toyota a précédemment annoncé la construction de l’installation Tri-Gen. Il s’agira de la première centrale à piles à combustible à carbonate d’une capacité de plusieurs mégawatts accompagnée d’une station de ravitaillement en hydrogène au monde. Cette usine 100 % renouvelable utilisera des biodéchets provenant de l’agriculture pour produire de l’eau, de l’électricité et de l’hydrogène, qui alimenteront les activités de Toyota Logistics Services (TLS) au port de Long Beach.

À propos de Toyota Canada Inc.

Toyota Canada Inc. (TCI) est le distributeur canadien exclusif des véhicules Toyota et Lexus. Toyota a vendu plus de 5 millions de véhicules au pays, par l’entremise d’un réseau de 287 concessionnaires Toyota et Lexus. Toyota s’engage à fournir aux automobilistes canadiens des véhicules réputés pour leur sécurité, leur qualité et leur fiabilité, et à leur offrir un service de qualité. Le siège social de TCI est situé à Toronto et l’entreprise a aussi des bureaux régionaux à Vancouver, Calgary, Montréal et Halifax, et des centres de distribution des pièces à Toronto et Vancouver. Toyota exploite deux usines de production au Canada. Ces usines ont déjà produit plus de 8 millions de véhicules, parmi lesquels des modèles très appréciés des consommateurs canadiens, comme le Toyota RAV4, la Toyota Corolla, et les Lexus RX 350 et RX 450h hybride.

###